La famille, lieu de vie, les études et l'emploi aux Philippines

A savoir : Sous un même toit insalubre, dans un bidonville, une famille peut être composée du mari, de la femme, de 5 à 6 enfants, mais cela s’étend également aux grands-parents, tantes, oncles et cousins.

L’éducation des enfants s’arrête bien souvent au collège ou aux études secondaires. En effet, face au problème de la famille à réunir l’argent pour permettre à leurs enfants de continuer leur études, ils sont contraints de les retirer du système scolaire après l’école primaire, l’éducation, n’étant souvent pas considérée comme nécessaire. 

Et pourtant, l’éducation crée davantage de possibilités pour les jeunes, qui vont à l’enseignement supérieur, et ceux qui peuvent en bénéficier, peuvent en général travailler dans des emplois décents.

La famille survit grâce à la débrouille, dans un climat d’insécurité permanente et la crainte de la maladie. Des maladies qui parfois enlèvent la vie des enfants les plus vulnérables faute de n’avoir pas eu les moyens financiers d’accéder à des soins, médicaments basiques, élémentaires.

A contrario, lorsqu’un membre de la famille parvient à suivre des études secondaires Hight School et idéalement universitaire ou à défaut parvient à apprendre un métier, il pourra en principe, entrer dans le circuit de la vie active et trouver un travail aux Philippines ou dans d’autres pays du monde.

Ainsi, celle qui a eu la chance mais aussi le courage, la motivation, la volonté, d’étudier, peut espérer un avenir meilleur pour elle, son enfant et pour son clan familial (solidarité oblige).

Plusieurs milliers de philippins (hommes) et philippines (femmes) travaillent à l’étranger et soutiennent financièrement leurs familles. La solidarité familiale est une base existentielle de la société aux Philippines.

SOLUTIONS

  1. L’éducation ou la formation, c’est déjà bien, mais pas suffisant. Cela doit impérativement déboucher sur un emploi.
  2. Un emploi apporte un salaire ;
  3. Un salaire sert bien souvent à faire survivre toute la famille (parents, sœurs, frères, enfants).
  4. Aider, soutenir, donner, parrainer une maman célibataire et son enfant, c’est aussi indirectement soutenir le reste d’une grande famille lorsque la formation débouche sur un travail.

 

Vous comprenez donc pourquoi dans un premier temps, l’éducation, la formation professionnelle et l’emploi, font toute la différence. Ce sont les meilleurs moyens et les meilleurs outils capables d’aider les gens à trouver un emploi ou se mettre à leur compte et devenir autonome.

Les équipes bénévoles, les partenaires, donateurs JEFPAG

La tâche des équipes de JEFPAG est évidemment immense. Mais grâce aux bénévoles, aux partenaires, aux donateurs, nous sommes certains que nous pourrons changer la vie de nombreux miséreux et entre-autre de mamans célibataires, et de leurs enfants. Les aides permettent aussi le soutien au reste de la (grande) famille lorsque la formation professionnelle peut les amener à trouver un emploi.

Sans vous, ils peuvent seulement avoir de l’espoir et avoir de la chance de survivre.

C’est grâce à JEFPAG et grâce à vous, que nous sommes heureux de pouvoir améliorer leur quotidien et leur offrir la possibilité de connaitre un avenir meilleur.